Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Passion Escalade et Montagne

Aperçu des Spitzkoepfe, en septembre 2015, lors de "La découverte des glaciers vosgiens". Photo prise depuis la chaume de Kerbholz (1033m).

Aperçu des Spitzkoepfe, en septembre 2015, lors de "La découverte des glaciers vosgiens". Photo prise depuis la chaume de Kerbholz (1033m).

L' Arête granitique des Spitzkoepfe, se situe au sud du Hohneck (1363m), en contrebas des pentes du Kastelberg (1345m). Longue de 1200 mètres, cette arête est la plus belle et la plus alpine des arêtes vosgiennes. 

L'altitude maximale à la sortie de l'arête, se situe autour de 1290 mètres. En partie basse, sous le premier Spitzkopf, l'altitude est d'environ 1020 mètres.

L'origine du nom, provient de l'alémanique.

"Spitz", signifiant pointe ou pointu, et "Koepfe" faisant allusion à têtes.

Cette succession de pics granitiques est d'origine glaciaire. En effet, lors des dernières périodes de glaciation, deux glaciers, celui du Wormpsel et celui de l' Ammenthal ont enserré et raboté la crête granitique qui les séparaient.

Une arête déchiquetée en a résultée, qui au fil des siècles n'a cessé d'être transformée par l'érosion, les mouvements sismiques et encore récemment par des éboulements et glissements de terrain (automne 2017).Le tout donnant naissance a un immense pierrier situé en contre-bas du belvédère du premier Spitzkopf.       

De part et d'autre, de l'arête les glaciers ont laissé la place à des combes sauvages qui surplombent le Lac de Schiessrothried (930m) et le Lac du Fischboedle, niché au pied des pierriers à une altitude de 794 mètres. 

Les Spitz, sont accessibles en version "randonnée". Cependant, il s'agit d'une traversée engagée, exigeante, physique et par endroit très aérienne et exposée.

L' accès se fait aux risques et périls des randonneurs. Les chutes de pierres y sont fréquentes, la plus grande prudence est à respecter. 

Les Spitzkoepfe, sont également un terrain d'aventure pour les "alpinistes et grimpeurs" avides de belles courses "alpestres" dans les Vosges. Le site n'étant pas équipé, il convient d'utiliser les points d'ancrage et d'assurage naturels disponibles sur les différents pics rocheux. 

En mode hivernal, on y trouve une belle goulotte, ainsi qu'un grand nombre de couloirs.

Là aussi, on ne s'y aventure pas sans une parfaite connaissance du milieu montagnard et des techniques de grimpe.

Attention, sur le site, plusieurs accidents mortels sont à déplorer.

Philippe

13/05/2018

Merci de votre visite et à bientôt.

 

Première approche des Spitz, septembre 2014, lors d'une randonnée "Les cascades du Pfahlruntz". En bas à droite, l'imposante falaise du Premier Spitzkopf, haute de 120 mètres.

Première approche des Spitz, septembre 2014, lors d'une randonnée "Les cascades du Pfahlruntz". En bas à droite, l'imposante falaise du Premier Spitzkopf, haute de 120 mètres.

Vue d'ensemble des Spitz, avec les nombreux éboulements à la base.

Vue d'ensemble des Spitz, avec les nombreux éboulements à la base.

Sous le belvédère du Premier Spitzkopf, l'imposant pierrier qui se jette dans le Lac du Fischboedle.

Sous le belvédère du Premier Spitzkopf, l'imposant pierrier qui se jette dans le Lac du Fischboedle.

Un magnifique site naturel et sauvage

Un magnifique site naturel et sauvage

Les Spitzkoepfe dans la brume (09/2015).

Les Spitzkoepfe dans la brume (09/2015).

La succession des pics granitiques sur la partie haute, vue depuis le sentier des Névés (09/2015).
La succession des pics granitiques sur la partie haute, vue depuis le sentier des Névés (09/2015).
La succession des pics granitiques sur la partie haute, vue depuis le sentier des Névés (09/2015).
La succession des pics granitiques sur la partie haute, vue depuis le sentier des Névés (09/2015).
La succession des pics granitiques sur la partie haute, vue depuis le sentier des Névés (09/2015).
La succession des pics granitiques sur la partie haute, vue depuis le sentier des Névés (09/2015).

La succession des pics granitiques sur la partie haute, vue depuis le sentier des Névés (09/2015).

Depuis le sentier des Névés, avec en arrière plan le dôme majestueux du Hohneck et son voisin, le Petit Hohneck.

Depuis le sentier des Névés, avec en arrière plan le dôme majestueux du Hohneck et son voisin, le Petit Hohneck.

A la sortie des Spitz, en 05/2016.
A la sortie des Spitz, en 05/2016.
A la sortie des Spitz, en 05/2016.

A la sortie des Spitz, en 05/2016.

Vue plongeante sur le Lac du Schiessrothried (930m)

Vue plongeante sur le Lac du Schiessrothried (930m)

Juillet 2017 sur le sentier autour des Névés du Kastelberg.
Juillet 2017 sur le sentier autour des Névés du Kastelberg.

Juillet 2017 sur le sentier autour des Névés du Kastelberg.

En version hivernale, les Spitzkoepfe enneigés, vus depuis les pistes de ski du Schnepfenried (1258m) - (02/2016).

En version hivernale, les Spitzkoepfe enneigés, vus depuis les pistes de ski du Schnepfenried (1258m) - (02/2016).

Sur ce schéma on comprend aisément le processus de formation d'une arête telle que celle des Spitzkoepfe.

Sur ce schéma on comprend aisément le processus de formation d'une arête telle que celle des Spitzkoepfe.

L' Arête granitique des Spitzkoepfe (1020m-1290m)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Hébergé par Overblog